Annonces No 1 Annonces Ads
adgi
diffuseurs
diffusion Annonces No 1 : l'impact d'un réseau national, l'assurance d'une + large diffusion  ... voir liste des diffuseurs


accès annonceur
les annonces
par thèmes
régions
+ d'info

Guides pratiques
Auto moto
argus gratuit
Habitat
Conseils
Formulaires
Questions
Contacts

la Météo
Tourisme
au Féminin
les Boutiques
T V Télé le Cable
A la Une : Presse

Sports en ligne
International
Chroniques
ConsoMag
Pratique
































 
Les Chroniques de René Saens voir aussi : Presse à la Une
la liste des chroniques  ligne éditoriale ?   RS ?
« La Boule noire » ou comment éviter d'en perdre la boule ? Chronique de René Saens.    Adresse courte : http://goo.gl/MVN51i

La boule noire, téléfilm   La Boule noire, téléfilm avec Bernard Campan et Virginie Lemoine - Réalisation : Denis Malleval ; scénario et dialogues de Jacques Santamaria.
Programmation France 3, le 17 février 2015 à 20h50 ; à voir **** (Photo France 3)

A l’initiative de la Librairie « Passion Culture », « La Boule noire », le film programmé sur France 3 le 17 février 2015 a fait l’objet d’une présentation en avant-première le 2 février à Orléans. Le complexe cinéma Pathé a accueilli la projection suivie d’un débat avec les protagonistes du film, les acteurs, réalisateur, scénariste et producteur.

A cette occasion, le fils de Georges Simenon avait fait le déplacement sur les terres orléanaises qui ont aussi accueilli son père durant quelques mois au Château de la Cour Dieu à Ingrannes. Pour les amateurs de polars, c’était l’occasion particulière de saluer l’adaptation à l’écran de l'oeuvre éponyme de l'auteur de romans à succès. Une adaptation inspirée, non pas de sa période orléanaise, mais de sa « période américaine ». Rappels sur les anniversaires évoqués et la trame de l'intrigue :
  
g3

L’histoire dont s’inspire le film a été transposée de l’Amérique conservatrice de l’après-guerre dans une époque plus proche de nous, celle des années soixante-dix.  En l’occurrence, Libourne, au Nord-est de Bordeaux, sert de cadre principal à l’énigme, ainsi que Rochefort et ses environs.

La transposition est audacieuse et, pour autant, réussie. Elle donne une seconde vie à l’histoire. Le film de télévision nous plonge dans le contexte des « trente glorieuses ». Un monde où tout semblait possible à qui voulait réussir professionnellement, c'est-à-dire gravir les marches de la prospérité ou prendre l’ascenseur social. Avec des limites toutefois, celles que le héros, très bien investi par Bernard Campan, va rencontrer et devoir affronter.

L'intrigue. Vincent Ferreira est directeur de supermarché. Il est le fils d’un couple d’émigrés portugais. Son père est décédé prématurément. Il se bat pour se faire accepter dans le cercle très fermé de la bourgeoisie de province et des institutions où elle affiche son paraître. Rappelons d'aileurs que Simenon était un observateur assidu et expert des micro-sociétés, quelle que soit leur nature.

Sur le papier et dans ses aspirations intimes, la réussite de Vincent Ferreira, de même que son dévouement pour les causes caritatives semblent le prédestiner à intégrer l’élite des notables de sa petite ville provinciale, une société où les membres se cooptent entre eux.  Cependant, le doute s’installe. Se pourrait-il qu’il ne puisse être reçu et accueilli à bras ouverts au sein de cette société élitiste qui perpétue (entre hommes) son mode de vie et, pour la plupart d'entre eux, un monde entre soi ? Chez ces gens-là - comme le dirait Jacques Brel dans sa caricature de l'expression bourgeoise guindée -, on officie dans les salons cossus du « Sporting club » local.

L’ascension de Vincent  est brutalement contrariée par l’action sournoise d’un mystérieux membre, une sorte de saboteur de service de la promotion sociale. Cet homme que Vincent imagine sournois a déposé la boule noire dans le chapeau le jour de l’élection, signifiant par-là son vote de refus et de rejet catégorique d’un nouveau riche aux racines sociales insuffisamment établies. En effet, ce dernier pourrait bien s’avérer être une menace pour l’ordre établi. Ne pourrait-il pas faire basculer ce petit monde tout à la fierté d'être accroché à son mode de vie dans une démocratie aléatoire aux caractéristiques régressives et incertaines remettant en cause le confort des codes établis ? Quelle est la part de de vérité et celle de caricature ? Le télespectateur s'en fera une idée au cours de la projection.

L'enquête commence. Bien que la rumeur s’évertue à donner des pistes, l’ennemi de l’impétrant refoulé demeure invisible. Se cache-t-il derrière les traits d’un ami de façade, par exemple le pharmacien enjoué mais peut-être suffisamment fourbe ou retors pour le trahir ? Dans un contexte d’aspirations et d’espoirs déçus, le personnage incarné par Bernard Campan devient l’acteur du cauchemar qu’il se fabrique lui-même, en même temps que l’enquêteur inquisiteur de sa propre énigme.

Une étude de moeurs. Le réalisateur nous livre une étude de mœurs et de caractères. Le personnage principal est torturé entre sa volonté irrépressible de réussir et le combat permanent qu’il doit mener pour y parvenir. La montée sourde de la vengeance, celle qui succède à l’aspiration déçue, nous fait sentir que tout peut basculer d’un instant à l’autre. Comment dénouer le fil de l’écheveau ? L’histoire qui nous est contée est celle d’un homme torturé dans ses sentiments refoulés. A l’occasion, nous découvrons ses racines et points de fragilité : il est le fils d’une mère dont il pense ne pas être aimé, et le père d’enfants qu’il ne prend pas le temps de voir grandir.

Le personnage survivra-t-il à l’engrenage fatal dans lequel il s'est lui-même enfermé et dont il devenu prisonnier à son corps défendant ? C’est tout le ressort de l’intrigue dans un film qui monte en tension au fur et à mesure que les minutes s’égrènent.

Servi par des dialogues percutants et taillés sur mesure par le scénariste Jacques Santamaria, le réalisateur Denis Malleval a su mettre en œuvre une brillante interprétation avec Bernard Campan (Vincent Ferreira), Virginie Lemoine (Nora Ferreira, l’épouse dévouée et meilleur soutien), Antoine Duléry (Guy Carnot), Joël Lefrançois (Jean-Claude Rouvilly), Louise Herrero (Florence Ferreira), François-Régis Marchasson (dans le rôle du docteur Soulié, le médecin de famille), sans oublier Linda de Suza (Luisa Ferreira, la mère du personnage principal).

Le film reconstitue certains traits et caractéristiques d’une époque. Le téléspectateur appréciera une belle reconstitution du contexte des années soixante-dix, une sorte d’apothéose de cette période de croissance qui va de pair avec l’essor de la consommation de masse symbolisée par l’ouverture et le développement des grandes surfaces de vente, les célèbres enseignes de super ou hyper-marchés.

Dans cette forme de rétrospective, le pont transbordeur, filmé à plusieurs reprises dans l'action, est, à sa façon, une figure marquante. Pour les hommes et les véhicules, il symbolise une passerelle entre deux rives ou deux mondes en réalité quasi-irréconciliables : l’un qui les rattachent à une enfance ou adolescence nostalgique qui s’éloigne inexorablement, tandis que l’autre les connecte aux tentations de l’avenir. Comme on le pressent bien, ce second volet est parsemé de défis, jouant avec les risques et incertitudes qui sont le lot des individus dans les épreuves qu'ils ont à surmonter pour se frayer un chemin.

En définitive, l’inspecteur Maigret aurait pu lui-aussi se sentir inspiré et à l’aise dans cette reconstitution.  Nul doute qu’il aurait pu, à l’unisson, s’y mouvoir avec aisance, agilité et subtilité… si l’inexorable n’avait pu être évité !

Un film à voir, pour ses moments de suspens et de tension, ainsi que pour sa belle étude de mœurs et de personnages. Programmé sur France 3  les 17 féviers 2015, à 20 H 50.


René Saens,

• consulter les autres chroniques

© Annoncesno1.com, le magazine, février 2015.
 
Voir aussi les chroniques Solidarité :

0 Pourquoi ?  0 Comment ?  0 Les challenges de l'humanitaire  0 Solidarité  0 Actions

..................................................................................................................

Pour nous faire part du type d'information que vous souhaiteriez retrouver dans cette rubrique :

.................................................................................................................


AnnoncesNo1 la régie d'annonces des principaux portails Presse et sites Internet
a négocié pour vous les conditions les + avantageuses sur les meilleurs supports
une + grande visibilité de votre annonce,  immédiatement disponible sur les sites*

* M6 free le Point le quotidien auto
Autojournal, webcarcenter, la Poste

Auto-occasion, turbo.fr, tiscali ...
diffuseurs Nouvel Obs annonces de particuliers
AnnoncesNo1 moto-occasion  tiscali
Mixad (+ 600) auto-evasion 3d-immo
___________________________________________________________
© Conception : Tecinfor Communication 2004-2013






gtv


Part.: Petites annonces auto-moto bateau immobilier annonces argus auto argus moto mixannonces maxannonces edrs .
   hit annoncesno1