Annonces No 1 Annonces Ads
adgi
diffuseurs
diffusion Annonces No 1 : l'impact d'un réseau national, l'assurance d'une + large diffusion  ... voir liste des diffuseurs


accès annonceur
les annonces
par thèmes
régions
+ d'info

Guides pratiques
Auto moto
argus gratuit
Habitat
Conseils
Formulaires
Questions
Contacts

la Météo
Tourisme
au Féminin
les Boutiques
T V Télé le Cable
A la Une : Presse

Sports en ligne
International
Chroniques
ConsoMag
Pratique
































 
Les Chroniques de René Saens voir aussi : Presse à la Une
la liste des chroniques  ligne éditoriale ?   RS ?
Manuel Valls à Berlin le 6 juin 2015 : indécence, indélicatesse et détournement de fonds public ? Chronique de René Saens.

manuel valls en imprécateur   Manuel Valls à Berlin, un voyage privé à + de 20.000 € financé par le budget de l'Etat, au nez et à la barde des contribuables.
Photo d'archive (Afp), Manuel Valls dans un numéro de style qu'il affectionne, celui du communicant hautain et donneur de leçons, franchissant ici la ligne blanche du mépris.

Abus de pouvoir et mise en scène choquante

L’affaire va bien au-delà de la simple anecdote : elle concerne le trajet Poitiers Berlin effectué en avion Falcon affrété par le premier ministre, sur le budget de la République française et, par voie de conséquence, aux frais des contribuables. Un aller et retour estimé autour de 20.000 € pour assister à la finale de la Champion League entre le FC Barcelone à la Juventus de Turin, le 6 juin 2015 à Berlin.

Le fossé semble continuer de se creuser entre les représentants d’un monde politique déconnecté du monde du travail et celui des citoyens lambdas. Une nouvelle insulte aussi aux « sans dents » de François Hollande (Ndlr - Une expression choquante attribuée à François Hollande par son ancienne compagne Valérie Trierweller au sujet des personnes en difficulté). En tout cas, il s'agit d'un nouveau choc reçu en pleine figure par nombre de Français qui continuent d'être peu ménagés par ce pouvoir qui leur avait pourtant promis monts et merveilles.

g3

En s’envolant aux frais des contribuables, accompagné par deux de ses enfants, le « héros » jusque là adulé des sondages s’est dégagé d’un coup d’aile de ses amis réunis en congrès à Poitiers. L'acteur du jour était pressé de quitter la province où il s'était rendu pour tenter de convaincre sur son programme. Il avait hâte de terminer un numéro qu’il affectionne pourtant en temps normal, celui consistant à nourrir les médias en quête d’images et de reportages, au besoin en créant et attisant des polémiques et divisions qu'il se propose de résoudre ensuite.

Le vizir se voyait déjà calife à la place du calife. En cette fin de semaine, il n'avait reculé devant aucune hypocrisie pour travailler son aura, prenant même soin de faire applaudir un François Hollande présenté par lui comme un président d’exception devant un congrès en mal de motivation. Il est vrai que l’envolée persistante du chômage et l’absence de perspectives pour la France  n'ont rien de bien rassurant.

Du calamiteux au pathétique

En contrepartie, François Hollande s’est empressé de défendre son ministre en essayant de reconstruire a posteriori une histoire cousue de fils blancs. Les citoyens ne seraient-ils que des enfants bernés, des dupes ou des gogos à vie ? 

Parmi le florilège des motifs avancés après coup : la rencontre avec Michel Platini, patron de l’UEFA  dans la perspective d'évoquer les problèmes de Set Blatter dans les affaires de corruption à la FIFA ou encore l’organisation de la prochaine coupe d’Europe de football à Paris en 2016 (Ndrl - il s'avère que Michel Platini se trouvait à Paris dès le surlendemain ; une véritable réunion de travail aurait donc pu se dérouler à cette occasion. Pourtant, il semble qu'il y ait eu un inconvénient majeur à cela : une visibilité bien moindre en termes de couverture médiatique. Elle n'aurait pas été à la hauteur de l'image que Manuel Valls veut se donner de lui-même : un héros en mal de reconnaissance suprême, doublé d'un stakhanoviste de la communication. Pour servir son culte de la personnalité, qui apparaît aussi puéril que maladif mais d'autant plus dangereux dans sa folie mégalomaniaque, l'individu perd le sens des réalités et engage - non pas sur ses deniers propres, mais sur fonds publics - , des dépenses inconsidérées. Pendant ce temps, les contribuables qui ont du mal à assurer leurs fins de mois paient et se serrent la ceinture).

Dans cette tentative de récupération d'une opération marquée du sceau de l’indélicatesse, le ban et l’arrière-ban des amis ont donc été appelés à la rescousse. Comme par exemple Michel Platini qui a défendu l'idée d'un scénario d’invitation personnelle réhabillée pour l’occasion (trois ou quatre improbables minutes de discussion avant match) ou encore Claude Bartolone, le Président de l’Assemblée nationale, cherchant en vain à justifier l’opération.

Cette caricature de la politique rappelle aussi quelques souvenirs aux Français

Manuel Valls s’inscrit dans la lignée des politiques français discrédités. Comment ne pas penser à du copier-coller avec Nicolas Sarkozy ? Les mêmes causes produisent les mêmes effets : la même arrogance et un côté bling-bling quasi-identique engendrent le même fruit en putréfaction d’une mécanique de communication qui se croyait bien huilée. Elle se trouve cependant enrayée par les grains de sable et la poudre aux yeux lancée par des communicants grassement rémunérés sur les deniers publics. Pourtant, pour ces politiciens de série B, le traitement théâtral de la communication ne suffit pas à faire oublier les vrais sujets. Se trouvant en situation d’échec et avec peu de choses probantes à mettre en avant, le personnage cherche à créer le buzz ou à faire diversion. Sauf que cette fois, les citoyens – habituellement naïfs et amnésiques – ne sont plus dupes.

Cherchons à aller plus loin dans l'analyse : comment ces donneurs de leçons et leurs bataillons de communicants procèdent-ils ? En réalité, motivé par l'orgueil et le soucis du paraître, le politicien manipulateur n'a de cesse d'aller là où il peut profiter le mieux de l’événement qui est censé servir son image. Autrement dit, il cherche à récupérer l’événement à son profit, alors qu’il n’en a pas été, dans quatre-vingt dix neuf pour cent des cas, le véritable contributeur ou instigateur. Il se comporte donc en pique-assiettes de la notoriété, restant présent tant que la caméra tourne à son service. Or, en l’occurrence, cette caméra ne montre pas sa grandeur, mais démontre, à qui veut bien le comprendre désormais, une forme de médiocrité qu'il avait tenté de dissimuler.

Pour sa part aussi, François Hollande s'est cru devenir expert en détournement d’images avec la commémoration du débarquement ou encore l’entrée de personnalités au Panthéon. Il n’a d’ailleurs pas failli à la tentation de faire un rapprochement simpliste avec l’histoire du vingt-et-unième siècle. Ces politiciens à l’éthique fluctuante et dotés de peu de scrupules se révèlent par conséquent sous leur vrai jour : celui des usurpateurs et manipulateurs prêts à trahir celles et ceux qui ont eu la naïveté de leur faire confiance.

Manuel Valls est passé expert dans l’art de susciter la polémique, y-compris et surtout, là où il n’est pas utile de la créer. Cette fois, il expérimente le retour de boomerang, sans vraiment avoir pris conscience qu'un homme bouffi d’orgueil et d'auto-satisfaction rabaisse le débat politique. Maleureusement pour lui, et heureusement pour le citoyen, le Bal des irresponsables ne fait plus salle comble aujourd'hui.

Faisant fi de leurs engagements en faveur d’une république irréprochable, nombre de politiciens de gauche ou de droite sont devenus experts de la perversion politique. Récemment encore, la ministre Fleur Pellerin a tenté de couvrir les malversations de l’ex-présidente de l’INA (40.000 € de factures de taxi en dix mois pour des déplacements personnels), en recasant l’intéressée dans un emploi public complètement fictif. La présidente déchue est devenue chargée « d’évaluation de l'évolution des carrières » au sein d’un ministère, un poste qui n'existait pas auparavant et qui a donc été spécialement créé à son intention.

Pour être objectifs, rappelons aussi quelques affaires vécues sous les présidences antérieures de bord opposé, telle celle d’un sous-secrétaire d’Etat s'octroyant un jet privé pour rentrer des Antilles. Coût : le prix d'un pavillon pour un trajet de quelques heures.

Ce fut le cas également lors du scandale de la location d’un local d'habitation de 400 m2 par Hervé Gaymard, ministre de l’économie, payé sur les deniers publics en 2005. Mme Alliot-Marie s’est aussi illustrée à plusieurs reprises, ainsi que pour le compte de sa famille, en acceptant des trajets en avion privé affrété par sa relation proche le dictateur tunisien Ben Ali. Elle a même poussé le zèle jusqu'à proposer à ce dernier le savoir-faire français pour écraser la révolte des tunisiens, lesquels s’insurgeaient contre les exactions de dirigeants corrompus.

La liste des « escrocs en col blanc » ou tailleurs et costumes sombres est fort longue. Ils sont censés être au service du bien public et de la collectivité. Cependant, au bout de quelques mois, certains, faisant fi des conflits d'intérêts, n’hésitent pas à confisquer les deniers publics à leur profit.

En qualité de Français, sommes-nous prêts à réagir et à nous investir dans la vie publique pour en relever le  niveau ? N'est-il pas temps et urgent de relever notre propre niveau d’exigence ? En l'absence ce ce courage, comment pourrions-nous contrecarrer et mettre un terme à ces indélicatesses et spoliations publiques ?

René Rouzioux-Saens, le 10 juin 2015

Si vous voulez contacter l'auteur, cliquez ici pour laisser un message

• consulter les autres chroniques

© Annoncesno1.com, le magazine, juin 2015.
 
Voir aussi les chroniques Solidarité :

0 Pourquoi ?  0 Comment ?  0 Les challenges de l'humanitaire  0 Solidarité  0 Actions

..................................................................................................................

Pour nous faire part du type d'information que vous souhaiteriez retrouver dans cette rubrique :

.................................................................................................................


AnnoncesNo1 la régie d'annonces des principaux portails Presse et sites Internet
a négocié pour vous les conditions les + avantageuses sur les meilleurs supports
une + grande visibilité de votre annonce,  immédiatement disponible sur les sites*

* M6 free le Point le quotidien auto
Autojournal, webcarcenter, la Poste

Auto-occasion, turbo.fr, tiscali ...
diffuseurs Nouvel Obs annonces de particuliers
AnnoncesNo1 moto-occasion  tiscali
Mixad (+ 600) auto-evasion 3d-immo
___________________________________________________________
© Conception : Tecinfor Communication 2004-2015






gtv


Part.: Petites annonces auto-moto bateau immobilier annonces argus auto argus moto mixannonces maxannonces edrs .
   hit annoncesno1