Annonces No 1 Annonces Ads
adgh
diffuseurs
diffusion Annonces No 1 : l'impact d'un réseau national, l'assurance d'une + large diffusion  ... voir liste des diffuseurs


accès annonceur
les annonces
par thèmes
régions
+ d'info

Guides pratiques
Auto moto
argus gratuit
Habitat
Conseils
Formulaires
Questions
Contacts

la Météo
Tourisme
au Féminin
les Boutiques
T V Télé le Cable
A la Une : Presse

Sports en ligne
International
Chroniques
ConsoMag
Pratique
































 
Les Chroniques de René Saens voir aussi : Presse à la Une
la liste des chroniques  ligne éditoriale ?   RS ?
  « Edvige », une « salope » en gestation ? Chronique de René Saens

Peut-on mieux maîtriser les dérives sociétales (ou celles des Institutions que les hommes se sont donnés) que les éléments d'une nature qui, lorsqu'elle se déchaîne, manifeste, elle-aussi, sa révolte ? Suffit-il d'affubler tel ou tel événement d'un nom plus ou moins flatteur, le plus souvent à consonance féminine, pour en diminuer les outrances réelles et/ou potentielles ? A ces questions, simples dans leur exposé, nous aimerions apporter quelques éléments de réponse. Des implications bien plus complexes et fondamentales qu'il n'y paraît.

Big Brother 
pris dans l'oeil du cyclone

Souvenons-nous : Katrina ou, plus récemment, Hana… des noms de sinistre mémoire, ceux d’ouragans qui ont ravagé la Caraïbe, puis, dans leur foulée, les côtes américaines. Pourtant, à l’origine, ces noms semblaient… presque sympathiques !

Venons-en maintenant à l’« ouragan Edvige » Que peut-on craindre aujourd’hui de ce fichier « Edvige » (« Exploitation Documentaire et Valorisation de l'Information Générale »), une base de données destinée à tracer les éléments d’information relatifs à chaque individu vivant sur le territoire national ?

g3
 
A l’origine, et comme de coutume pourrions-nous dire, de « bonnes intentions » et de « fins prétextes ». Des motifs de sécurité évidents, puisqu'il s'agit de prévenir et de suivre les actions de toute personne (qualifiée généralement d’« individu » par la police) pouvant intenter à l’ordre public et, dans le pire des cas, susceptible aussi de s’engager dans des actions à caractère violent, voire de perpétuer des attentats.

Un « monde dangereux » qui doit cependant rester « vivable »

Sur la finalité, la sécurité publique, nous ne pouvons nier que les dangers sont bien réels. De fait, Il existe de - bonnes - raisons de suivre les actions de toute personne désireuse d'intenter à l’intégrité de la Nation et à la Sécurité des citoyens. Nous vivons, en effet, dans un monde où les dangers peuvent poindre et se concrétiser à chaque instant, de multiples façons et au travers d'instruments sophistiqués. Nous savons par exemple que les technologies peuvent être détournées pour s'inscrire dans des actes de malveillance et de sabotage. En outre, il est exact que des menaces de nature terroriste existent bel et bien. Elles émanent, en particulier mais pas seulement, de groupes islamistes (parfois manipulés par ceux qui en tirent profit, cela s'est déjà vu) et dont les ramifications sont internationales.

La psychose de la « société de la suspicion et du danger permanents » !

Si le doute est permis et, donc, si la vigilance est de mise, ne faut-il pas craindre, à l’inverse, qu’un excès de zèle vienne nuire au citoyen en faisant peser sur lui une suspicion permanente, sujette en outre à caution ? Quelles dérives sont à attendre ou à craindre ?

Dans le décret mettant en œuvre le fichier Edvige, il est question de ficher les personnes « susceptibles de porter atteinte à l’ordre public » Examinons donc la « nature » de cette surprenante imprécision.

Une telle formule est, à l’évidence, inacceptable en l'état ! Nous ne sommes pas loin de l’arbitraire du « délit de sale gueule » et de la mauvaise intention supposée… livrée à la seule appréciation (subjective) du policier ou du gendarme de service, autrement dit à des critères dépendant de la simple interprétation et de l' « humeur » (ou encore de l'hystérie médiatique) du moment.

A partir de là, toutes les dérives sont – à l’évidence et hélas – permises. Ainsi, rien n’indique qu’il ne soit pas « jugé  ou apprécié » - par des policiers zélés - que des gamins dessinant un jeu de marelle à la craie sur la voie publique puissent être considérés comme des tremblions potentiels à l’ordre public ! L’exemple peut paraître caricatural ou excessif ? Pas si sûr ! Réfléchissez-y bien !

Il est donc sage que de telles mesures soient circonstanciées et encadrées. Nous préconisons donc une démarche inverse à une interprétation « potentiellement » abstraite et arbitraire. Sans parler des conditions d'accès à un tel fichier, par qui et comment ? Les risques de détournement d'utilisation et d'utilisation frauduleuse sont, tout autant, réels.

L’assertion « susceptible de porter atteinte à l’ordre public » s’avère grotesque et dangereuse en l'absence de faits précis et circonstanciés. En effet, le fichage ne peut se concevoir que pour les personnes ayant participé à des actes de violences ou en ayant fait l’apologie ou encore ayant manifesté (publiquement ou secrètement) leur intention d’y prendre part.

La liberté est un combat de tous les jours

Nous vivons dans une société certes très imparfaite, mais « globalement » démocratique » (du moins dans ses aspirations), ainsi que dans un Etat de droit (mais dont le Droit est souvent détourné à leur profit par des « puissants », voire des « exploiteurs » sachant habilement, via des relations entretenues au plus haut niveau, utiliser la loi à leur profit)

C’est dire que le combat pour la démocratie est un combat « permanent » Nul ne saurait l’oublier. Il faut savoir aussi que, tous les jours, des milliers de « petits fachos en puissance » partent à leur travail, dans l’attente de pouvoir se distinguer. De tous temps, ces hommes et ces femmes zélés ont existé. Ils sont toujours là, aujourd’hui, tapis dans les replis de leur ombre, comme le ferait des petits chiens attendant le moment propice de faire plaisir à leur maître (ou précipiter le cours de leur avancement incertain) Il en existe des milliers dans l’Administration (en particulier, dans l’administration fiscale) En l’absence d’un encadrement vigilant, ces individus sont de véritables dangers. Par le passé, leur mentalité servile et leur absence de discernement en ont fait d’ « excellents collabos » des régimes d’inspiration fasciste ou totalitaire, autrement dit d’authentiques traîtres à leur pays et à leurs concitoyens !

Evoquons donc, aussi, cet « encadrement » qui, lui-aussi, n’est pas sans poser problème ! Nous vivons encore dans la survivance idéologique d’un Etat centralisé abritant une Haute Fonction publique instruite dans la croyance de sa supériorité régalienne et de sa toute puissance à gérer – souvent fort mal – les affaires du pays.  Ces hauts fonctionnaires, façonnés selon l’ancienne tradition, n’ont pas encore compris que le pouvoir dont ils se croient investis n’est qu’un pouvoir de délégation et, surtout, de SERVICE. A l'inverse, ils travestissent ou trahissent bien souvent leurs missions, plus préoccupés qu’ils sont par la défense de leurs intérêts, privilèges et statuts.

Pourtant, pour subsister dans son utilité, le pouvoir est, sera et devra être citoyen. Pour qu’il en soit ainsi, encore vaudrait-il mieux que les médias traditionnels (plus enclins à agir en lèche-bottes des idéologies et pouvoirs dominants) mettent un point d’honneur à participer à l’éducation civique, autrement dit à la constitution d’un état d’esprit citoyen. A l’inverse, leurs directions respectives, issues du même sérail idéologique et de la même veine autocratique de l'élitisme auto proclamé - imbues d’un complexe de supériorité qui donne bien souvent l'envie de vomir –, sont – aujourd’hui encore, à quelques exceptions près – bien incapable d’y contribuer de façon décisive.

Alors, Citoyens, réveillez-vous et ne vous laisser pas tondre la laine sur le dos. Ne vous laissez pas « ficher » comme des animaux !

Ces gens-là, Monsieur, voudraient vous posséder dans leur fichier comme si, de vous Citoyens, ils voulaient continuer de se considérer les propriétaires. Dans leur esprit, vous êtes leurs serfs,
« invités à » sinon contraints d’agir et de penser comme eux. La question vous est posée : vous contenterez-vous d'être leurs larbins ?!

Ces gens-là, Monsieur, sont de Droite et de Gauche confondues (peut-être même bien encore plus près d'une gauche d’inspiration étatique, sectaire et totalitaire qui, dans sa superbe, prétend, à sa façon aussi, tout régir et diriger, y-compris les consciences - le bonheur malgré vous, cela ne vous dit rien ?)

Ils sont unis dans leur combat, alors, nous-aussi, soyons unis dans le nôtre, celui de la Liberté et de la libre conscience !

René Saens,
Le 10 septembre 2008


• consulter les autres chroniques

laisser un message ou un commentaire -
(en précisant la rubrique ou thématique)
   
© Annoncesno1.com - le magazine, septembre 2008.
 
Voir aussi les chroniques Solidarité :

0 Pourquoi ?  0 Comment ?  0 Les challenges de l'humanitaire  0 Solidarité  0 Actions


..................................................................................................................

Pour nous faire part du type d'information que vous souhaiteriez retrouver dans cette rubrique :

.................................................................................................................


* M6 free le Point le quotidien auto
Autojournal, webcarcenter, la Poste

Auto-occasion, turbo.fr, tiscali ...
diffuseurs Nouvel Obs annonces de particuliers
AnnoncesNo1 moto-occasion  tiscali
Mixad (+ 600) auto-evasion 3d-immo

conditions mentions  contact liens annuaires

© Conception : T.i. Communication 2004-2013









gtv




Part.: Petites annonces auto-moto bateau immobilier annonces argus auto argus moto mixannonces maxannonces edrs .
   hit annoncesno1