Annonces No 1 Annonces Ads
adgh
diffuseurs
diffusion Annonces No 1 : l'impact d'un réseau national, l'assurance d'une + large diffusion  ... voir liste des diffuseurs


accès annonceur
les annonces
par thèmes
régions
+ d'info

Guides pratiques
Auto moto
argus gratuit
Habitat
Conseils
Formulaires
Questions
Contacts

la Météo
Tourisme
au Féminin
les Boutiques
T V Télé le Cable
A la Une : Presse

Sports en ligne
International
Chroniques
ConsoMag
Pratique
































 
Les Chroniques de René Saens voir aussi : Presse à la Une
la liste des chroniques  ligne éditoriale ?   RS ?

ISRAEL-GAZA : Comment éteindre les feux d'un été meurtrier ? 

Ndlr - Cet article s'adresse à des lecteurs qui recherchent un complément d'analyse sur les événements du Moyen-Orient. llustration ci-dessous : 
   
 
Affiche paix au Proche Oreint
 

pdf


Téléchargement affiche

Soutien aux initiatives de paix au Proche Orient (pdf).
   
Le conflit au Proche et Moyen-Orient menace non seulement la paix dans cette région, il a aussi des répercussions dans de nombreux pays et en particulier en France où les tensions intercommunautaires s'exacerbent à chaque reprise d'hostilités entre israéliens et Palestiniens.

Nul besoin de jeter de l'huile sur le feu d'un sujet qui redevient aussi discuté, en particulier lorsque les affrontements meurtriers reprennent. Nous préférons plutôt ici associer quelques commentaires à l'histoire du conflit, tout en précisant sa nature et principaux enjeux.

Le lecteur est invité à élargir son angle de vision sur les données du conflit afin de prendre de la hauteur par rapport à toute tentation de soutien unilatéral et partisan, trop souvent caricatural, privilégiant l'une des parties au détriment ou au préjudice de la partie adverse. Le droit international va de pair avec l'éthique. De la même façon, l'aspiration à la liberté ne connait pas de frontières.

Réflexion et action constructive sont donc plus que jamais nécessaires pour réactiver un processus de paix défaillant qui, une nouvelle fois, a été torpillé par les extrémistes des deux camps.


Aucune question ne peut être éludée, en particulier dès lors qu'elle concerne les conditions à réunir pour créer deux Etats viables aux frontières sûres et reconnues.

Retour sur une histoire quelque peu compliquée

Le vingtièrme siècle nous a transmis les idéologies et les conflits qu'il n'a pas su résoudre. Internet et les réseaux sociaux se sont surajoutés aux médias pour nous les rendre étonnamment plus proches, tout en nous les faisant apparaître avec un miroir grossissant, sans en donner pour autant les clés de compréhension.

Nous devons donc continuer à rechercher les racines et les enjeux de ce monde multipolaire. Nous aurions pu nous satisfaire des progrès de la technologie, pour en tirer le meilleur profit. C'était sans compter sur le retour à la surface d'idéologies figées qui ne nous ont pas permis d'avoir ce répit.

Les attentats du onze septembre 2001 aux Etats-Unis ont branché les projecteurs sur une forme d'extrémisme qui a relancé une guerre des civilisations que nous avions cru un temps sur le déclin. Notons que les instigateurs et participants directs ou indirects, ceux qualifiés de
« repentis* » ont déclaré avoir été intellectuellement et idéologiquement « nourris » dans leur jeunesse par les images du conflit isréalo-palestinien ! *(Les Américains les ont retenus prisonniers sur la base de Guntànamo. Après plusieurs années de détention, la plupart a pu regagner leur pays d'origine ; nombre d'entre eux étaient des saoudiens ; rappelons que l'Arabie saoudite est un pays où les mouvements salafistes prolifèrent ; ils prônent un retour à l'Islam rigoureux des oriigines qui, par ailleurs, enferme la femme dans un rôle secondaire de dépendance).

Plus récemment encore, en semant la mort, en pratiquant l'humiliation, les enlèvements et la terreur en maints endroits de la planète, l'extrémisme islamiste ou djihadiste, avec Al-Qaida et assimilés (Al-Qaida au Maghreb ou Boko Haram en Afrique, par exemple), ont réussi à mobiliser contre eux au moins une partie des démocraties occidentales, Il nous ont même fait reprendre conscience de l'importance à accorder aux valeurs de liberté et de démocratie. Ils nous ont alertés sur la nécessité de nous défendre contre les fléaux que représentent haine et volonté d'asservir liées à l'obscurantisme.

Les faits que nous venons d'évoquer ont également eu des conséquences au Moyen-Orient en repoussant l'espoir de résolution du conflit israélo-palestinien, aujourd'hui à la renverse.

Le regain de tension et de violence au Proche-Orient

Eté 2014. Le regain de tension au Proche-Orient s'inscrit aussi dans le contexte que nous venons de décrire, bien que cela n'en soit pas l'unique raison (le coeur du problème réside dans la poursuite ou non des implantations, c'est-à-dire dans le développement ou l'arrêt de la colonisation israélienne de la Palestine, qui a été encouragé jusqu'à présent par la droite nationaliste dure du parti au pouvoir, le Likoud, auquel se sont associés les partis religieux juifs intégristes et extrémistes).

En tout cas, la résolution du conflit est rendue plus complexe, en particulier depuis la création du Hamas, mouvement d'inspiration religieuse, et sa prise de contrôle de la bande de Gaza à l'occasion d'élections, municipales en 2005, puis législatives en 2006. Ce mouvement palestinien n'a pas renoncé à la violence, contrairement au Fatah de M. Mahmoud Abbas, président de l'Autorité qui administre la Palestine. Cela étant, un certain mombre de Palestiniens considèrent le Hamas comme un mouvement de résistance à l'occupation et colonisation de la Palestine par Israël, tandis que les Israéliens le considèrent comme un mouvement terroriste.

Quelques précisions supplémentaires. Le Hamas, est un mouvement qui se réfère à l'idéologie des Frères Musulmans. Il a été créé en 1987, soit vingt ans après l'occuppation de la Palestine par les Israéliens à l'issue de la 
« guerre des six jours » de 1967. Une question reste posée : est-ce que par son intransigeance à négocier un traité de paix, Israël n'a pas créé lui-même un terreau favorable à la prospérité de son « ennemi intime » ?

Raisons invoquées par Israël, Intervention militaire à Gaza :

La sécurité d'Israël est un droit vital. Il n’y a pas d’objection à ce que nous présentions et défendions ici la légitime application de ce principe.

Cependant, les mauvais prétextes à la brutalité (dont, en particulier, l'assassinat de trois jeunes colons juifs en juin 2014, fait condamnable qui a été attribué sans preuve au Hamas, une organisation dont nous n'approuvons ni les méthodes, ni certaines finalités odieuses et par conséquent inacceptables - la destruction d'Israël - qui figurent encore dans sa charte) peuvent, hélas, servir à alimenter le cycle de la haine et de la vengeance intercommunautaires. Cela a été constaté quelques jours plus tard lorsqu'un jeune palestinien de dix-sept ans a été torturé et brûlé vif par de jeunes extrémistes juifs, un fait particulièrement révoltant et condamnable.

Nous connaissons aussi les raisons plus précises invoquées pour justifier l'intervention militaire israélienne à Gaza début juillet 2014 : arrêter les tirs de roquettes du Hamas sur Israël et détruire les tunnels qualififés d'offensifs.

Lorsque ce résultat militaire est obtenu, il n’y a pas de raison de vouloir aller au-delà des objectifs assignés. En tout cas, l’esprit de vengeance ne peut venir s’y incruster ! Et, quoiqu'il en soit, les véritables questions de fond doivent être abordées.

L’humiliation ou la recherche d'une humiliation atteint rapidement ses limites. L'aspiration à la liberté et le droit de vivre en liberté sont attachés à l’humanité. Ils ne s’arrêtent pas aux frontières d’Israël ; ils s’appliquent de la même façon aux Palestiniens de la bande de Gaza.

Nous répétons volontiers qu'il faut combattre les promoteurs des actions intentatoires à la liberté (à défaut, ce serait lâcheté), il n'est cependant pas utile de surfaire la posture. En effet, les Israéliens ne doivent pas oublier qu'à un moment ou à un autre de l'histoire, il faudra traiter avec un ennemi qui, lui-aussi, aura évolué sous l'action de diverses influences !

Pour certains, ces affrontements apparaissent lointains, plus encore en période estivale où le besoin de détente correspond à une respiration indispensable.

Des répercussions en France et au niveau international

Pourtant, ce qui se passe au Proche Orient a des répercussions éminemment importantes, non seulement sur place où le traitement doit être prioritaire, mais aussi en France et en divers points de la planète.

En France, comment croire les apprentis-sorciers, qu’ils soient chef de l’Etat ou premier ministre, qui ne semblent pas avoir plus de hauteur de vue que la classe politique nationale dans son ensemble ? Nous déplorons une situation d'incapacité à agir diplomatiquement de concert avec plusieurs pays pour préserver des populations en danger. Il faut relever une forme d'irresponsabilité gouvernementale collective, à laquelle semble s’associer - dans la même indifférence et incompétence - l’opposition actuelle de droite.

Début juillet 2014, le Président de la République a apporté sa caution à l’intervention ordonnée par le premier ministre israélien, Benjamin  Netanyahu, lui donnant le feu vert pour agir comme il l’entendait à Gaza. Treize jours après le début des opérations, prenant tardivement conscience de l’importance des dégâts matériels et psychologiques occasionnés, François Hollande suggérait de « mettre un terme à la souffrance des habitants de Gaza ». Comment ne pas être interrogatif et dubitatif face à cette forme d’inconséquence politique et de navigation à vue dans laquelle le cynisme semble servir de clé de voute ?

Ajoutons que, de ce fait, la France a perdu toute créditibilité à agir diplomatiquement dans la résolution de ce conflit. La diplomatie française s'est condamnée au suivisme.

En France, nous sommes attachés à la liberté d'expression ; chacun peut exprimer et faire valoir son point de vue, c'est un fait... à condition toutefois d'avoir un véritable accès aux moyens d'information, ce qui est loin d'être le cas pour tout le monde. En tout cas, les avis, quels qu'ils soient, doivent être remis dans la perpective de la nation. En suivant à la lettre les indications et instructions reçues de la diaspora israélienne (obédience juive ou judaïque, pour légitime qu'elle soit [,] au même titre que d'autres mouvements de pensée) François Hollande, Manuel Valls et les principaux membres du gouvervement français ont été pris en défaut d'analyse politique. Ce faisant, ils ont rendu le pire des services à Israël. Aucun homme sensé ne ferait cela à l'égard de l'un de ses amis, tout en manquant - dans le même temps - de loyauté vis-à-vis de la grande majorité de ses propres concitoyens. Il s'agit d'une grave transgression aux devoirs de responsabilité qui doivent être exercés au nom de la République.

Urgence à faire cesser les hostilités qui ont créé une situation humanitaire dramatique et inacceptable à Gaza

Ce serait renier notre conscience que d’accepter d’être les observateurs passifs de l’évolution d’une situation humanitaire qui s'aggrave à Gaza au moment où ces lignes sont écrites (Ndlr : le 23 juillet 2014). Lorsque se déroule une guerre pour des motifs de domination militaire, économique ou idéologique, il existe en effet des circonstances où des gens, en l'occurrence les Gazouis, peuvent se retrouver doublement pris en otages ! Cela ressemble à une punition générale dont l'efficacité est discutable.

Nous estimons qu'il est profondément injuste de laisser perdurer une situation de souffrance extrême chez la population civile de cette enclave palestinienne sous domination du Hamas, acculée d’une part, à la mer et au désert du Sinaï, et qui, d’autre part, subit le blocus israélien. Dans ces conditions, avons-nous d'autre choix que d'exprimer une forme de révolte ou, au moins, notre refus de voir s'étendre le cercle vicieux de la violence et du ressentiment ? En tout cas, nul n'a besoin d'y apporter du combustible.


g3

Cessez le feu et reprise d'un dialogue israélo-palestinien

Comment mettre aujourd'hui un grain de sable dans l’engrenage spécifique de la violence, pour tenter de l’enrayer ?

Un certain nombre d’organismes et associations ont lancé un appel pour la tenue d'une manifestation à Paris le 23 juillet 2014 (Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Israéliens et Palestiniens, détail de l’appel en cliquant sur ce lien)

L'objet de la manifestation apparaît fondé, dès lors qu'il s'agit de demander l'arrêt des hostilités. Au-delà il ne s'agit pas de faire d'une manifestation un instrument de soutien exclusif à un peuple ou une communauté dans le seul but de l’opposer à un autre, mais bel et bien d’apporter un « soutien à une démarche » visant à créer les conditions de la reprise d’un processus de paix !

C'est pourquoi, nous pensons donc utile d’en préciser tous les objectifs. Pour certains, il peut aussi s'agir, en partie, du besoin de rééquilibrer un traitement gouvernemental et médiatique français favorable à plus de quatre-vingt pour cent à Israël (sans se lancer dans la guerre des civilisations chère à George Bush en Irak et dont nous avons déjà vu les résultats discutables ; cette période paraît dépassée). Il apparaît aussi que l'objectivité journalistique n'est pas respectée ; en tout cas, nous constatons à regret une grave carence dans le traitement historique et analytique du sujet.

Il ne s'agit donc plus de s'engager dans un soutien à sens unique, sachant qu'il ne sert à rien de renforcer l’intransigeance des uns face à l’intransigeance des autres. Mieux vaut, à notre avis, élargir l'objectif pour lui assigner une double finalité :

1)    Dans l’immédiat, interrompre le cycle de la violence guerrière à Gaza ;

2)    Pour ensuite créer les conditions d’une reprise d’un dialogue permettant de trouver des solutions viables à plus long terme.

Cela étant, nous ne sommes ni dupes, ni naïfs. Nous ne pouvons ignorer que le processus de paix au Proche-Orient a été torpillé par les extrémistes des deux bords, y-compris issus de la mouvance religieuse, qu’ils soient Juifs (c’est-à-dire proches du Likoud et de la droite extrême israélienne) ou Palestiniens (proches du Hamas).

Pour que la démarche de paix soit un jour réactivée, sachant que, cette fois, les blessures seront probablement encore plus longues à cicatriser, le processus devra offrir des garanties sérieuses à chacune des parties.

Pourtant, les grandes lignes en sont connues depuis longtemps, aussi bien sur place que dans les Chancelleries et ministères : la création de deux Etats répondant aux aspirations légitimes de sécurité et de viabilité (avec des frontières sûres et reconnues). Toutefois, une telle perspective ne peut sérieusement exister tant qu’Israël n’aura pas mis fin à la colonisation de la Palestine (ou Cisjordanie selon une appellation plus récente). C’est bien là tout le nœud du problème ; il est au cœur de toutes les crispations et de tous les ressentiments qui apparaissent ici ou là et de façon récurrente.

Nous insistons aussi pour que deux mots aient la même importance et signification chez les belligérants : Shalom en hébreu, écrit en lettres bleues, l’équivalent du mot « Paix » en français et Salam, écrit en vert, portant la même signification en arabe.

René Saens (Renaissance),
22-23 juillet 2014

pdf cliquez ici pour télécharger le texte de l’appel du Comité pour une paix juste au Moyen Orient (lancé à l'occasion de la manifestation autorisée du 23 juillet 2014 à Paris) ou iCi pour télécharger l’affiche RS pour la paix au Proche Orient.

Ajout du 27/07/2014 : A propos de Gaza et du conflit israélo-palestinien, nous suggérons la lecture du témoignage d'une femme, la chanteuse israélienne Noa (Achinoam Nini), paru dans Le plus du Nouvel Observateur, sous le titre : "Conflit à Gaza : il y a deux camps. Les modérés et les extrémistes. Rien d'autre". Elle livre un témoignage dense dans lequel elle déplore les souffrances qui affectent les deux camps et les attribuent aux positions extrémistes des politiques.

In English, Noa Internet blog site: Open letter to the wind

In italiano: "Lettera aperta al vento", di Achinoam Nini (Noa)

Added on Sunday the 27th of July 2014, a comment from RS to Noa: "We thank you for your vivid testimony, your open letter to the Wind, to this capricious element which has - at least up until now - sent the seeds of dialogue for peace on uncultivated soils. You must keep on your efforts watering them until they grow and blossom one of these days. Indeed, who better than you could know that people who really want to get to the bottom of things can green up a desert!? Without a touch of ligthness and elevation of spirits, it would be impossible to cross the boundaries of hate and arrogance. Thus, through your songs, we need some poetry under our belt. May it please you that the very best hope for tomorrow begins today. Shalom", RS.

Ajouté le dimanche 27 juillet 2014, commentaire de RS à Noa : « Nous vous remercions du témoignage poignant contenu dans votre "lettre ouverte au vent", à cet élément capicieux qui, au moins jusqu'à maintenant, a envoyé les graînes du dialogue pour la paix sur des terrains incultes. Vous devez continuer de les arroser jusqu'à ce qu'elles poussent et fleurissent un de ces jours. En réalité, qui mieux que vous pourrait savoir que les gens qui veulent réellement aller au fond des choses peuvent faire reverdir un désert !? Sans une touche de légèreté et d'élévation d'esprit, il serait impossible de franchir les frontières de la haine et de l'arrogance. Par conséquent, au travers de vos chansons, nous avons besoin de poésie dans notre besace. Que le meilleur espoir pour demain commence aujourd'hui. Shalom » RS.

Sources complémentaires, volontairement diversifiées :

Le CRIF (Conseil Représentatif des Institutions juives de France), soutien actif du Likoud
de Benjamin Netanyahu, parti représentant la droite israélienne dure alliée à l'extrême droite de Avigdor Liberman, ministre des Affaires étrangères israélien. Les membres du CRIF sont favorables à la poursuite de la colonisation de la Palestine ; à la suite de Nicolas Sarkozy, François Hollande et Manuel Valls se sont régulièrement affichés en affinité ou proximité de vues avec la ligne politique du CRIF et de ses membres, calquée sur celle du gouvernement israélien, avec qui ils entretiennent des liens étroits.

Affirmant voir de l'antisémistisme à chaque coin de rue, le CRIF en a fait son fond de commerce sur lequel soufle un credo obsessionnel qui semble confiner à la paranoïa (comme dans un vieux réflexe qui soude et fige à la fois une communauté dans une angoisse millénaire où le mal et le danger que représentent les autres sont partout) ; l'antisémitisme est devenu ainsi un mot banalisé, bradé, dévalorisé, servi à toute occasion et mis à toutes les sauces
; le pire ou le plus odieux est même en train d'arriver : il est utilisé comme insulte à caractère diffamatoire et infamante à l'encontre de toute personne s'avisant de critiquer un tant soit peu la politique du gouvernement israélien vis-à-vis de la Palestine et des Palestiniens. Ce mot tant décrié tend par conséquent à se substituer à toute argumentation ou analyse. Pris dans cette dérive, le CRIF, dont la crédibilité est aujourd'hui gravement affectée, tend à se positionner de plus en plus en organe de propagande* ;

* (La propagande est une technique d'influence et de manipulation de l'opinion, qui consiste à présenter et traiter d'un sujet sous un angle unique, essentiellement à des fins idéologiques et partisanes, sans se soucier de la prise en compte de l'argumentation pouvant être opposée, ni proposer un traitement équilibré. Elle utilise au besoin des éléments tronqués ou sortis de leur contexte, le cas échéant montés ou falsifiés).

- Site de l'UJFP (Union Juive Française pour la Paix) qui se prononce pour l'arrêt de la colonisation juive de la Palestine est, à l'inverse, favorable à
un dialogue pour parvenir à la paix débouchant sur la création de deux Etats en mesure de collaborer ;

Pourtant, les membres de la communauté juive favorables au dialogue conduisant à un accord de paix visant la reconnaissance de deux Etats distincts (israélien et palestien) sont quasiment bannis des médias. Cet ostracisme  à leur encontre est dû au fait qu'ils ne souscrivent pas au dessein de Eretz Israel (terre d'Israël ou Grand Israël selon l'appellation biblique, allant même au-delà de la rive Est du Jourdain selon certains).

Au même titre que
les Israéliens du mouvement La Paix maintenant, ils sont susceptibles de recevoir des bordées d'injures et de menaces de la part de ceux qui, se présentant en bien pensants face aux médias, tiennent des discours flagorneurs et faussement consensuels. La voix des partisans du dialogue est par conséquent occultée par une frange agissante qui apparaît plutôt totalitaire dans ses intentions, tout en s'arrogeant le droit de tirer les ficelles et de parler au nom de tous. Sous le flot d'une propagande incessante, la présence médiatique de la parole alternative est devenue rare et exceptionnelle. En conséquence, voici un lien complémentaire :

- Interview de la vice-présidente de l'UJFP sur LCI.

 
- Voir aussi la traduction de l'article de Chemi Shalev  paru dans le journal israélien Haaretz du 23 juillet 2014 (une tentative quasi-désespérée de prêcher la lucidité dans un désert d'arides certitudes pour un media tendance gauche centre-gauche que nous pourrions comparer à ce que représente en France le journal Le Monde. Une voix qui peine à se faire entendre compte tenu de la forte montée en puissance du nationalisme juif israélien au cours de la dernière période au cours de laquelle l'opinion publique israélienne s'est radicalisée sous l'influence des extrémistes, y-compris religieux).
 
© Annoncesno1.com - le magazine, 2014

NB -  Autorisation de l'Editeur ; Tout extrait ou reprise de cet article ne doit pas dénaturer son contenu. Il ne peut être utilsé dans un but de propagande. En revanche, il peut être librement utilisé à des fins d'information et de pédagogie ; c'est même sa vocation et sa destination première.

  
Le fait que cet article puisse être cité par des tiers ne siginifie pas que l'auteur souscrive, soutienne ou apporte sa caution aux thèses de ces mêmes tiers. Seule la référence à l'intégralité du texte fait foi.
    
• consulter les autres chroniques

Voir aussi les chroniques Solidarité :

0 Pourquoi ?  0 Comment ?  0 Les challenges de l'humanitaire  0 Solidarité  0 Actions


..................................................................................................................

Pour nous faire part du type d'information que vous souhaiteriez retrouver dans cette rubrique :

.................................................................................................................


AnnoncesNo1 la régie d'annonces des principaux portails Presse et sites Internet
a négocié pour vous les conditions les + avantageuses sur les meilleurs supports
une + grande visibilité de votre annonce,  immédiatement disponible sur les sites*

* M6 free le Point le quotidien auto
Autojournal, webcarcenter, la Poste

Auto-occasion, turbo.fr, tiscali ...
diffuseurs Nouvel Obs annonces de particuliers
AnnoncesNo1 moto-occasion  tiscali
Mixad (+ 600) auto-evasion 3d-immo
___________________________________________________________
© Conception : T.i. Communication 2004-2014







gtv


annonces
mutualisées
multi-supports
( + 1.000 sites )

   GRATUIT !
Cote argus
 










Part.: Petites annonces auto-moto bateau immobilier annonces argus auto argus moto mixannonces maxannonces edrs .
  annoncesno1