Annonces No 1 Annonces Ads diffuseurs
diffusion Annonces No 1 : l'impact d'un réseau national, l'assurance d'une + large diffusion  ... voir liste des diffuseurs


accès annonceur
les annonces
par thèmes
régions
+ d'info

Guides pratiques
Auto moto
argus gratuit
Habitat
Conseils
Formulaires
Questions
Contacts

la Météo
Tourisme
au Féminin
les Boutiques
T V Télé le Cable
A la Une : Presse

Sports en ligne
International
Chroniques
ConsoMag
Pratique
































 
Les Chroniques de René Saens voir aussi : Presse à la Une
la liste des chroniques  ligne éditoriale ?   RS ?
L'affaire " Nouvel Observateur " : le torchon médiatique brûle t'il ?

Journalisme* et déontologie, un rendez-vous manqué ?

A l’origine de ce coup de gueule, l’anecdote rapportée sans preuve par un magazine, selon laquelle le Président de la République aurait adressé un SMS très particulier à son ex-épouse quelques jours avant son remariage (« Si tu reviens, j’annule tout ») Le Président Sarkozy a dénié être l’expéditeur d’un tel message et porté plainte pour « faux, usage de faux et recel »

Cette " possible " affaire de détournement de ligne de portable n'est pas sans rappeler l'attitude irresponsable d'un employé d'un opérateur téléphonique ou de son complice qui, de façon plutôt malveillante et stupide, avait menacé le jeune fils du Président. Outre le fait qu'il peut donc s'agir d'un faux, confectionné à dessein, que dire de telles immixtions dans la vie privée des individus, 
quelles que soient les circonstances invoquées par ailleurs en guise de vaines excuses !

Chasse aux sorcières ou morsure d'un chien errant atteint d'une rage suspecte ? Un risque qui,
un jour ou l'autre, pourrait atteindre le simple passant ayant commis l'imprudence d'oublier de réagir lorsqu'il en fut alerté !

Voici en tout cas le commentaire que cela nous inspire. Une pitié sans compassion pour "quelques" journalistes qui semble avoir perdu leurs repères. Goujaterie ou racolage ?
Quels subterfuges utiliser pour rattraper un lectorat qui se débine ?

Cette course poursuite nous semble emprunter les chemins du populisme. Elle se saisit de la médisance ou l'intervention dans la vie privée pour distiller sa rancoeur. La responsabilité en est partagée par la Direction du journal en question.

Quel salaire attendre d'une forme d'indignité ? Le résultat est connu d'avance. Bafouer nos 
valeurs républicaines ne peut valoir qu'amère pitance !

L'information incriminée (si information il y a) n’aurait pas été relayée par la version papier, mais seulement publiée dans les rubriques Internet. Est-ce à dire que nous pouvons tout nous permettre sur Internet, même engager la signature d'un journal jusque-là crédible ?

Nous répondns ainsi à cette interrogation : si, Messieurs, l’éthique journalistique doit être préservée, quel que soit le support !

Elle touche à la rigueur dans la recherche et l’exposé de l’information. Sinon, le « déballage » devient clairement identifiable. Les écueils du journalisme sont; soit l’apologie (ici, ce n’est pas le cas), soit la diffamation ou la volonté de nuire.

A moins que, comme un malheur n’arrive jamais seul, nous soyons en présence d’un journalisme qui se met lui-même en scène pour « générer » de l’information. Cette déviance est, elle-aussi, connue : une fausse information ou rumeur est lancée ; elle est suivie ensuite d’un « éventuel » démenti.

L'interrogation pourte aussi sur l’objet social de la société de presse. Un journal ou un magazine peut se positionner, soit comme journal d’information et d'analyse (formule qui a notre préférence), soit commme journal d’opinion (un positionnement qui se défend, sous réserve que la diversité soit respectée).

Il existe aussi une autre alternative, celle de l’Essai, c’est à dire de l’étude et de l’analyse dans laquelle un auteur (qui peut aussi être journaliste) livre aussi son point de vue sous l'angle ou l'approche qu'il a privilégiée. Mais encore faut-il qu’il y ait analyse sur quelque chose qui en vaille la peine et qui ne prenne pour prétexte un simple potin en circulation ! Autre registre enfin, celui de la parodie et de la caricature (autrement dit, de la bonne ou la mauvaise blague), dans ce cas, il faut annoncer la couleur, car c'est un exercice où l’Art est encore plus difficile. N'est pas " Canard " qui veut !

Revenons-en à l’ « édition » Internet du magazine incriminé. Certes, et nous voulons bien en convenir, ce médium permet une plus grande liberté de ton, qui peut se traduire, à la fois, par moins de formalisme si l’on s’en réfère à l’expression écrite traditionnelle et par une plus grande liberté de ton (qui tendrait à se rapprocher du langage parlé). En résumé, plus de spontanéité et de réactivité. Davantage de causticité aussi, pourquoi pas ? J’y encourage.

Mais de là à se projeter dans la vision d’une version « spéciale Internet » où tout serait permis ? Permettez-moi d’en douter. Il me semble que, dans le cas d’espèce, le magazine est victime de son propre laxisme et/ou inconséquence. Pour m’être rendu à diverses reprises sur le site en ligne du Nouvel Observateur (en quête, moi-aussi, de diversité d’information), j’ai été confronté avec stupeur, non seulement au niveau relativement discutable – pour ne pas dire affligeant – de ses blogs (dont je veux bien admettre qu’ils ont le mérite d’exister), mais surtout au niveau particulièrement élevé de haine et d’insultes qui s’y déversent, la plupart du temps sans aucun contrôle ou presque ! (Je salue en revanche les internautes avec qui j'ai pu établir un dialogue constructif lorsque j'ai "couru le risque" de participer à plusieurs débats et forums passionnants sur ce même site)

Les interrogations adressées au journal sont les suivantes : Quelle qualité d’information proposez-vous ou désirez-vous proposer ? Quelle valeur ajoutée d’analyse offrez-vous ou désirez-vous offrir à vos lecteurs ?

Ne parlons pas encore, car c’est prématuré, d’une éventuelle « vocation » éducative ou pédagogique (choisir entre tirer vers le haut ou entraîner vers le bas ?) De cela, nous voulons bien reparler, dans une optique positive et constructive… le moment venu, lorsque les interlocuteurs seront prêts. D’ici là, nous espérons que ceux-là même voudront bien ne pas avoir l’outrecuidance de se plaindre ou se lamenter s'ils constatent, avec nous, qu'une certaine Presse française ne va pas bien !

Difficile aussi de ne pas faire le rapprochement avec les déclarations du PDG de ce même groupe de presse, qui, il n'y a pas si longtemps, souhaitait faire " franchir une nouvelle étape au site Internet " et celles des impétrants nouveaux directeurs qui indiquaient " vouloir continuer à faire un magazine en avance sur les tendances politiques, sociales et culturelles ". Un résultat semble t'il en voie d'être atteint
« au-delà de la désespérance » !

René Saens,
8 février 2008.


* Sous la rubrique Autodafé du journalisme, aujourd'hui, en invité vedette, Airy Routier : ange exterminateur ou démon racoleur ?

Airy Routier, grand reporter sur le déclin, mais journaliste au Nouvel Observateur, auteur du scoop en question, est, semble t'il, un "vieux routier" des infractions caractérisées. Très proche du " zéro de conduite " si l'on en croit certains arguments très discutables développés dans son livre " La France sans permis " (avec minimisation des infractions routières pouvant causer des dommages graves et apologie de la conduite sans permis)
Une grande gueule ne peut recueillir notre sympathie dès lors qu'elle propose à la vente une soupe indigeste. Le tenancier du restaurant qui a perdu ses étoiles au Michelin, et qui héberge cependant le cuisinier douteux, aurait-il oublié de lui dire de se laver les mains et de fermer la porte des toilettes en sortant ?
Nous pourrions, aussi, nous interroger sur le fait que celui qui prétend " investiguer sur la situation mentale du Président " (source Canal.obs) ne pense pas, en l'état actuel de son exposé, à consulter sur la sienne propre ?

Nous souhaitons que nos confrères intègres (que nous savons majoritaires en nombre, mais pas forcément en voix), embarqués dans cette galère d'avant naufrage, puissent se faire entendre afin de redonner meilleur cap à ce bateau médiatique à la dérive.

• consulter les autres chroniques

dont, peut-être aussi, celle-ci :

Un nouvel amant pour Carla ? Latin-lover, ma compagne d'Italie

Valse des titres, introspection ou nouvelle façon d'aborder le journalisme ?
 

Voir aussi les chroniques Solidarité :

0 Pourquoi ?  0 Comment ?  0 Les challenges de l'humanitaire  0 Solidarité  0 Actions


..................................................................................................................

Pour nous faire part du type d'information que vous souhaiteriez retrouver dans cette rubrique :

.................................................................................................................


AnnoncesNo1 la régie d'annonces des principaux portails Presse et sites Internet
a négocié pour vous les conditions les + avantageuses sur les meilleurs supports
une + grande visibilité de votre annonce,  immédiatement disponible sur les sites*

* M6 free le Point le quotidien auto
Autojournal, webcarcenter, la Poste

Auto-occasion, turbo.fr, tiscali ...
diffuseurs Nouvel Obs annonces de particuliers
AnnoncesNo1 moto-occasion  tiscali
Mixad (+ 600) auto-evasion 3d-immo
___________________________________________________________
© Conception : Tecinfor Communication 2004-2013






large diffusion
medias nationaux
&principaux portails

voir la liste

diffuseurs

annonces
mutualisées
multi-supports
( + 1.000 sites )

   GRATUIT !
Cote argus
 

5 € offerts par
notre
partenaire
¦
annonceur








Part.: Petites annonces auto-moto bateau immobilier annonces argus auto argus moto mixannonces maxannonces edrs .
   hit annoncesno1