Annonces No 1 Annonces Ads
adgh
diffuseurs
diffusion Annonces No 1 : l'impact d'un réseau national, l'assurance d'une + large diffusion  ... voir liste des diffuseurs


accès annonceur
les annonces
par thèmes
régions
+ d'info

Guides pratiques
Auto moto
argus gratuit
Habitat
Conseils
Formulaires
Questions
Contacts

la Météo
Tourisme
au Féminin
les Boutiques
T V Télé le Cable
A la Une : Presse

Sports en ligne
International
Chroniques
ConsoMag
Pratique
































 
Les Chroniques de René Saens voir aussi : Presse à la Une
la liste des chroniques  ligne éditoriale ?   RS ?
Artiste "engagé" : un choix cornélien. Fiction ou réalité, jeu d'ombre ou contre-emploi ?  Chronique de René Saens
   
L'artiste "engagé" face à un choix cornélien : promouvoir une fiction ou défendre une cause (celle d'un film) qu'il a, peut-être, trop rapidement embrassé(e) ?

Ndrl -
Une version remasterisée des malheurs de Sophie, tel pourrait être le point de départ de cette chronique. Une histoire (pour adultes) qui, cette fois, pourrait appeler une fin heureuse ! Voyons si nous pouvons aller au-delà d'un fait divers peut-être moins anodin qu'il n'y paraît.

Alors qu'elle était censée assurer la promotion d'un film, Sophie Marceau a, le lundi 3 mars 2008, quitté le plateau de tf1 afin d'éviter de rencontrer Jean-Marie Le Pen, invité d'une autre rubrique (renseignements pris, le risque que les deux personnages se croisent dans un couloir
- à supposer qu'il fut réel - était "extrêmement" faible)

Bien sûr, nous savons tous que les propos de Jean-Marie Le Pen posent un problème de " fréquentabilité ", en particulier ses mauvais jeux de mots restés dans les mémoires. Pour sa propre crédibilité, il eût d'ailleurs été préférable qu'il présentât (n'est-ce pas ?) ses plus vives excuses, avant de faire acte d'une repentance * justifiée, mais là n'est pas notre propos. [* repentance : terme d'origine essentiellement "religieuse" ; dans une république laïque, nous suggérons de rétabir une terminologie qui, de notre point de vue, n'aurait jamais du lui être substiutée, à savoir expression de regrets ou présentation d'excuses]

A cette occasion,  une question importante vient d'être posée, peut-être bien même à son insu, par l'artiste. Une interrogation qui risque de paraître un brin ingénue.

Oyons, Bon Peuple ! Quelles sont les "bonnes gens" que nous devez rencontrer ou, à l'inverse, les "mauvaises personnes" qu'il vous faudra éviter ? Pour que ce soit plus clair encore, devront-ils porter un signe distinctif ? Si c'était une étoile (celle de star), quelle devrait en être la couleur : blanche, jaune, bleu ou rouge ? On voit déjà, à ce simple énoncé, que les excès en tous genres peuvent conduire à... tout ce que
, précisément, nous ne voudrions pas voir dans la société française !

En tout cas, une attitude qui "nous interroge". Est-ce une fuite en avant ou un acte de bravoure de la part de l'actrice qui, il y a quelques années, campa à l'écran le rôle de la "Fille de d'Artagnan" ? Sophie Marceau se la jouant nouvelle intellectuelle branchée et cinglante, est-ce le détail qui tue ?


Tout d'abord, nous souhaitons attirer votre attention sur le sujet qui nous occupe aujourd'hui en présentant une première remarque. Il ne faut pas être offusqué que nous l'exprimions ici. Si vous voulez changer de trottoir inopinément afin d'éviter de croiser quelqu'un (ce que lui, d'Artagnan, eût été incapable de faire), réfléchissez cependant aux risques que vous courez. Par exemple, celui de vous fouler la cheville, de mettre le pied dans une flaque d'eau, voire même de vous faire "tailler un short ou une culotte de grand-mère" par un véhicule qui aurait la mauvaise idée de passer au même moment.

Assez souvent, le monde... cinématographique apparaît rempli d'excès et d'approximations, ce qui ne le met donc pas à l'abri des critiques. Pour autant, notre but n'est pas de jeter la pierre à Sophie Marceau qui, à cette occasion, semble s'être "vautrée" (en nous excusant d'utiliser cette expression) dans la facilité d'une bienpensance où la réflexion semble dramatiquement absente.

En effet, dans ce monde d'exclusion où on s'évertue à servir (de l'entrée au dessert, à supposer qu'il y ait les deux) des plats cuisinés dans les fourneaux du manichéisme, il apparaît de plus en plus souvent que les scénarios proposés sont tournés dans l'écheveau entremêlé d'une lutte sempiternelle (et sans cesse réactivée) La lutte du Bien contre le Mal, vous connaissez ? Une exacerbation qui tend à s'approprier les mêmes sujets récurrents. Des
histoires censées attirer l'attention du public, utilisant le support de scénarios "historiquement falsifiés"...

Cela étant, à considérer le seul domaine de la fantaisie et de la fiction, nous n'avons a priori rien contre (ils pourraient même être des polars tout à fait acceptables), sauf que... ils sont présentés comme de quasi-reconstitutions historiques !

A vrai dire, ils travestissent bien plus la réalité telle qu'elle fut, qu'ils ne la servent.

Cela est vrai, en partie, pour les quelques faits piochés ici ou là, mais caricatural et simpliste de par l'assemblage et les montages imaginés (dans le même genre, se reporter à l'imposture de "Survivre avec les loups")

Où est donc passée l'ancienne mise en garde qui donnait crédibilité et respectabilité à des films en apparence moins solennels ou prétentieux : " Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite !" ?

Essayons d'aller plus loin dans cette analyse en ouvrant un second volet, plus fondamental et significatif. Pour cela, je n'ai rien trouvé de mieux - veuillez m'en excuser - que de vous confronter à cette affirmation :

Le dialogue citoyen ne doit
Exclure ni oublier personne
.

En effet, je pense que, aujourd'hui,
accepter la confrontation d'idées, y-compris avec les extrêmes (je dis bien les extrêmes de tous bords, en m'arrêtant à la limite indicible de l'extrémisme forcené) est faire preuve de courage, de loyauté, de civisme et d'esprit de dialogue citoyen. La refuser signifierait ostracisme, esprit d'exclusion, sectarisme voire lâcheté ou prétention, sauf à ne disposer des outils intellectuels nécessaires ou, à défaut, refuser la possibilité d'en faire l'acquisition, de s'en doter sérieusement et de les cultiver.

Plus grave encore, serait l'attitude consistant à refuser de voir et discerner les raisons profondes des faits d'actualité pour, hélas, faire en sorte de les exploiter à des fins politiques purement tactiques. Entretenir ainsi un "fond de commerce politicien", comme l'a longtemps fait et continue encore de le faire une "certaine gauche" élargie de Mitterrand à Jacques Chirac.

J'adresse aussi cette remarque complémentaire à l'attention de tous ces artistes qui ont la possibilité de se présenter à la télévision à une heure de grande écoute (et qui se permettent parfois de cracher dans la soupe) :

Ont-ils jamais pensé que beaucoup de nos concitoyens en souffrance et en situation de "non écoute" aimeraient faire part de leur détresse de ne pas être considérés comme ils le devraient, ni comme ils le méritent ?

Question subsidiaire : ne serait-ce pas à ces derniers qu'il faudrait plus souvent donner la parole (quitte à la couper plus souvent aux intellectuels donneurs de leçons - et là, je ne parle plus des artistes, mais des mauvais comédiens - qui, la nuit venue ou au petit matin blafard, s'en vont s'allonger, comme de grands "cadavres à la renverse" dans leurs 400 m2 du Boulevard Saint Germain) ?

Enfin, pour dédramatiser par l'humour, quitte à passer pour un affreux macho ou un coureur de jupons invétéré, je termine en disant ceci :

Cette "actrice au sein sulfureux", ce n'est
, pour ma part, pas dans les couloirs de tf1 que je voudrais la rencontrer (si affinités) pour la saisir et l'enlacer fougueusement ou languoureusement. Si cela ne dépendait que de moi, je préfèrerai encore l'emmener au "septième ciel de la réflexion".

Enfin, ce message plus personnel : "Sophie... si vous vouliez bien ne plus chercher à éviter cette rencontre fusionnelle, si vous vouliez faire le premier pas ! Sachez que mes intentions sont nobles. Sachez aussi qu'il n'est pas question pour moi que, à l'issue de notre entretien, vous accouchiez... d'un monstre. Sinon je suis prêt dès maintenant - je m'y engage -, à renoncer à cette rencontre qui pourrait avoir des conséquences fatales, monstrueuses ou imprévisibles !"


René Saens,
5 mars 2008.

• consulter les autres chroniques

laisser un message ou un commentaire -
(en précisant la rubrique ou thématique)
   
© Annoncesno1.com - le magazine, mars 2008.
 
Voir aussi les chroniques Solidarité :

0 Pourquoi ?  0 Comment ?  0 Les challenges de l'humanitaire  0 Solidarité  0 Actions


..................................................................................................................

Pour nous faire part du type d'information que vous souhaiteriez retrouver dans cette rubrique :

.................................................................................................................


* M6 free le Point le quotidien auto
Autojournal, webcarcenter, la Poste

Auto-occasion, turbo.fr, tiscali ...
diffuseurs Nouvel Obs annonces de particuliers
AnnoncesNo1 moto-occasion  tiscali
Mixad (+ 600) auto-evasion 3d-immo

conditions mentions  contact liens annuaires

© Conception : T.i. Communication 2004-2013







large diffusion
medias nationaux
&principaux portails

voir la liste

diffuseurs

annonces
mutualisées
multi-supports
( + 1.000 sites )

   GRATUIT !
Cote argus
 


"Les femmes de l'ombre"
(5 femmes)

Un polar guerrier...
Les femmes de l'ombre
moins honnête &
moins historique
que...


"8 femmes"

8 huit femmes

des  aventures
plus subtiles &
une   comédie
... assumée !






Part.: Petites annonces auto-moto bateau immobilier annonces argus auto argus moto mixannonces maxannonces edrs .
   hit annoncesno1